Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Accès rapide
volet

E learning

Bénéficiez de formations en ligne et gratuites !

  1. Inscrivez-vous aux cours
  2. Répondez aux questions pré et post-évènement
  3. Validez votre DPC

Tous les e-learning disponibles en live et en différé : cliquer ici

Référentiel orthogériatrique 2015

Mise à jour 31/08/2015 à 16:01 |Publié le 29/05/2015 à 10:03
La Commission Orthogériatrie du CNP SOFCOT a établit un guide clinique pratique pour le management des fractures de l’extrémité proximale du fémur.

La population française vieillit, comme la plupart des populations occidentales. De ce fait les patients que nous prenons en charge sont âgés, fragiles, souffrent de poly-pathologies et sont poly-médicamentés. Leur autonomie et leur qualité de vie sont parfois sommaires. 

Sous le terme d’orthogériatrie, on peut regrouper tout ce qui concerne directement les soins péri-opératoires, le traitement chirurgical, la réhabilitation, la prévention secondaire, la recherche clinique et préclinique ainsi que les axes nouveaux d’accompagnement de la personne âgée lorsque cette dernière vient à être hospitalisée pour fracture ou une autre affection relevant de l’orthopédie. L’orthogériatrie implique non seulement les chirurgiens orthopédistes, les rhumatologues, les médecins anesthésistes, les radiologues, les gériatres et les spécialistes de médecine physique et rééducation, mais encore les médecins traitants (en cabinet ou en EHPAD) les personnels soignants paramédicaux et les services sociaux locaux ou départementaux. La finalité de cette activité se doit d’être multimodale et multi-professionnelle, le but ultime à atteindre étant  la remise en condition sociale du patient âgé.

La fracture du col du fémur et plus généralement celle de l’extrémité supérieure du fémur représente probablement le type même de pathologie qui est au cœur du dispositif de l’orthogériatrie. Près de 70 000 cas sont traités chaque année en France et probablement plus de 150 000 à l’horizon 2050. La cause principale des fractures de l’extrémité supérieure du fémur est la fragilité osseuse, présente dans plus de 85 % des cas. Le risque de mortalité chez une personne avec fracture per-trochantérienne sur os ostéoporotique est supérieur de 25 % à celui d’une même personne, de même âge et sans fracture.

Enfin, il faut encore garder à l’esprit que la mortalité des fractures de l’extrémité supérieure du fémur chez le sujet âgé reste élevée, comprise entre 20 et 30 % à deux ans de recul.

Le but du Référentiel d'orthogériatrie sur la prise en charge des fractures de l’extrémité supérieure du fémur est de fournir à notre communauté médico-chirurgicale les éléments pertinents qui permettent d’améliorer la qualité des soins apportés à une personne âgée hospitalisée pour fracture. Ces recommandations, basées sur un travail de recherche bibliographique, n’ont pas valeur de loi mais doivent rester un guide dans notre pratique quotidienne. Ce guide qui propose des collaborations multidisciplinaires est un élément de réponse (qui reste par ailleurs évolutif) face au défis qui nous attendent concernant le vieillissement de la population et la fragilité osseuse avec ses conséquences fracturaires. Nous avons voulu que ce guide reste simple (« how little things can make a big difference ») et de ce fait utilisable par le plus grand nombre d’entre vous au sein du plus grand nombre de structures de soins. Le lecteur trouvera par ailleurs un document intitulé : « avancées technologiques et innovations de services pour optimiser la prise en charge des fractures de l’extrémité supérieure du fémur du sujet âgé ». Il s’agit d’un travail de synthèse des propositions de la société française des technologies pour l’autonomie et de gérontechnologies (SFTAG). Les auteurs en sont Vincent RIALLE, Nathalie CHAUZAL et Delphine YOUMBI-CHOKKI. Ce rapport a été finalisé le 03/07/2015. Vous pouvez le consulter grâce au lien suivant : http://www.sftag.fr/?p=237

Philippe MERLOZ

Commission Orthogériatrique SOFCOT

Vifs remerciements aux membres de la Commission Orthogériatrie de la SOFCOT qui ont contribué activement à cette recherche depuis fin 2013 :

B. Augereau ; P. Papin ; A. Sautet ; C. Court ; JM. Féron ; J. Tonetti ; P. Chassagne ; X. Gbaghidi ; V. Rialle ; J. Boddaert ; H. Blain ; R Kohler ; N. Passutti ; F. Fitoussi ; H. Coudane et G. Walch

 

Vous devez être membre pour consulter le contenu

Je souhaite devenir membre et :

Devenir membre

Mot de passe oublié